728 x 90

A l’US Open, la première interview en plein match

Pour la première fois dans l’histoire du tennis, une interview en plein match a eu lieu, à l’US Open. Un concept qui divise les joueuses, entre curiosité et volonté de ne pas être dérangées pendant une rencontre.

Coco Vandeweghe - ESPN

Lundi soir, lors du premier jour de l’US Open, vous avez peut-être écarquillé les yeux, si vous étiez devant votre télé lors du match de premier tour entre les deux américaines Sloane Stephens et CoCo Vandeweghe. Pendant cette rencontre, une scène surréaliste a eu lieu.

Pour la première fois de l’histoire du tennis, une interview s’est déroulée en plein match, sur le court (si, si !), juste après le premier set, au moment de l’interruption. Parmi les protagonistes, Coco Vandeweghe dans le rôle de l’interviewée et, dans le rôle de la femme au micro, la fameuse Pam Shriver, ancienne joueuse américaine, finaliste à l’US Open en 1978 et titrée 22 fois en double de Grand Chelem. En toute décontraction, l’ancienne numéro trois mondiale est donc venue s’asseoir sur le banc de Vandeweghe, une interview à voir ou revoir ici.

Un partenariat entre ESPN et la Fédé américaine   Pendant une trentaine de secondes, Vandeweghe a ainsi parlé de son agressivité sur le court et du fait qu’elle allait essayer de remporter le premier jeu du deuxième set, ce qu’elle a réussi. La scène surprenante n’avait pas de quoi gêner l’arbitre, et pour cause, tout avait été organisé. Cette interview est le fruit d’un partenariat entre la chaîne américaine ESPN, diffuseur exclusif du tournoi outre-atlantique, et l’USTA, la Fédération américaine de tennis.   C’est du moins ce qu’a expliqué un porte-parole d’ESPN au site For The Win. La chaîne et la fédération ont souhaité innover et ont misé sur le fait que ce type d’interviews plairait aux fans. La décision à propos de l’interview se fait « avant le match » précise For The Win. Après sa victoire face à sa compatriote (6-4 6-3), en conférence de presse, Coco Vandeweghe a expliqué comment les choses se sont déroulées :  

« ESPN est venu me voir hier (dimanche, ndlr) et m’a demandé si j’étais intéressée par l’idée. Pam m’a aussi expliqué les choses. L’idée, c’était qu’elle vienne me poser deux questions, entre les deux sets. »

  Pour l’Américaine, accepter cette initiative était naturel.  

« Je suis une fan de sport. C’est une bonne idée de pouvoir plonger dans le mental d’un sportif. Bref, je suis contente qu’ESPN ait eu cette idée. »

  Un concept qui ne fait pas l’unanimité   Chez les joueuses, par contre, l’initiative n’a pas plu à tous. La Britannique Anne Keothavong semblait assez séduite :  

 En revanche, la numéro 5 mondiale Caroline Wozniacki, par exemple, est restée perplexe.


En français, ça donne :

« Est-ce que j’ai bien vu Coco donner une interview sur le court, au milieu du match, après le premier set ? On a plutôt envie de se concentrer sur le match, non ? »

Interrogée, l’Américaine Serena Williams a expliqué que le concept ne lui convenait pas. « Je pense que c’est une bonne idée pour certains téléspectateurs, de rentrer dans le mental des athlètes. Mais je pense aussi que moi, je suis concentrée tout au long du match. Je réfléchis vraiment à ce que je veux réaliser et je ne veux pas forcément répondre à des questions à propos de quoi que ce soit. » De façon plus générale, la question de la concentration se posera pour d’autres joueurs.

Lors de sa conférence de presse, Coco Vandeweghe a aussi expliqué qu’il lui était possible de changer d’avis. « Si je n’étais finalement plus d’accord pour l’interview, je pouvais lui faire signe de s’éloigner. Je pouvais exprimer mon désaccord juste avant d’entrer sur le court. Je lui ai fait signe que j’étais d’accord, et l’interview a eu lieu. » Voilà qui fait naître dans notre esprit une question essentielle : comment cette interview innovante se serait-elle déroulée si Coco Vandeweghe avait perdu le premier set ?