728 x 90

Mikhaïl Youzhny : « Les chansons russes me mettent de bonne humeur »

Après Paul-Henri Mathieu, c’est au tour de Mikhaïl Youzhny de se prêter à notre « retours-volées ». Le Russe a accepté de nous en dire un peu plus sur ses activités en dehors du tennis et sur certaines de ses passions.

Crédit : Head

Crédit : Head

Le hasard fait bien les choses. Après Paul-Henri Mathieu, c’est Mikhaïl Youzhny qui répond à notre “retours-volées”. Connu en France pour avoir été le bourreau de la France et de Paulo lors de la finale de la Coupe Davis en 2002, le Russe est également célèbre pour ses coups de sang sur le court ou son doctorat en philosophie. Nous avons essayé d’en savoir un peu plus sur les goûts et les habitudes du “Colonel ».

Quel est ton film favori ?

Je n’ai pas vraiment un seul film préféré mais j’aime les vieux films russes.

Quelle est LA chanson que tu pourrais écouter en boucle ?

C’est comme pour les films, je n’ai pas vraiment de chanson préférée. Cela dit, il y a quelques chansons russes que j’aime et qui me mettent toujours de bonne humeur.

La meilleure nourriture que tu aies goûtée est… ? Et évidemment, pour l’accompagner, quelle boisson choisis-tu ?

Il y a trop de plats que j’aime ! Je ne veux pas en citer seulement un. Je bois des jus de fruits frais ou encore de l’eau.

Tu as beaucoup voyagé au cours de ta carrière mais à quel endroit te plais-tu le plus ?

Pendant ma carrière, je me suis rendu dans beaucoup d’endroits agréables. Après, je me sens vraiment bien à Dubaï et j’aime beaucoup New York. Je trouve que New York ressemble à Moscou, la ville où je suis né. Oui, j’aime vraiment cette ville.

As-tu un porte-bonheur dans son sac pendant un match ?

Lorsque j’étais enfant, j’avais toujours quelque chose qui me portait chance dans mon sac, mais maintenant, ce n’est plus le cas.

Alors un vêtement fétiche ?

Mes vêtements ADIDAS ! Mais sinon, rien en particulier.

As-tu une habitude, un tic particulier avant de commencer un match ?

Bien sûr, j’ai quelques rituels, ils m’aident à me préparer. Mais je ne peux pas en parler pour l’instant…peut-être que je le ferai après la fin de ma carrière.

Quel est le match qui t’a le plus marqué ces dernières années ?

Il y a eu plusieurs bons matches. Je me souviens de tous, mais j’y réfléchirai plus précisément à la fin de ma carrière. Mais bien sûr, gagner mon match de simple après avoir été mené deux sets à rien en finale de la Coupe Davis en France et offrir sa première Coupe Davis à la Russie…cela a vraiment été un moment spécial.

Contre quel joueur aimes-tu particulièrement jouer…même si tu dois perdre ?

Je n’ai jamais battu Roger ! Il mène 16-0 dans notre face-à-face, mais j’apprécie toujours de jouer contre le meilleur. Lorsque je joue contre lui, je crois toujours que j’ai une chance de le battre (rires) !

Sais-tu combien de raquettes tu as cassé dans ta carrière ?

Je ne sais pas combien, mais j’en cassais plus souvent quand j’étais enfant. La dernière fois, j’en ai cassé trois pendant le tournoi de Shanghai en 2014. Après, je n’en ai plus cassé.

Quel est ton juron favori pendant un match ?

Je n’en ai pas ! (rires)

Si tu pouvais changer une chose dans ta carrière, ce serait quoi ?

Il est trop tôt pour parler de ça. Je joue encore et je ne peux pas changer ce que j’ai déjà fait. J’essaie plutôt de ne pas répéter mes erreurs.

Si tu n’avais pas été joueur de tennis, qu’aurais-tu fait ?

Je ne sais pas. J’ai joué au tennis toute ma vie et j’aime ce que je fais.

Si tu regardes les dernières années écoulées, comment décrirais-tu ta carrière ?

J’essaie de toujours me donner à 100%. Je suis très heureux que ma passion ait pu devenir mon métier et d’avoir une famille et des enfants en bonne santé. Pour résumer, ma vie me rend heureux.

3 commentaires
Virginie
Virginie
AUTHOR
PROFIL