728 x 90

On a rencontré Vincent, le supporter fou des joueurs français

Chaque année, Vincent Goupil, 56 ans, s’égosille au BNP Paribas Masters et à Roland-Garros, pour soutenir les joueurs français. Suscitant les rires ou les agacements, ses encouragements stridents le rendent incontournable. Interview éclair, entre deux échanges.

Vincent Goupil - crédits Assia Hamdi

Vincent Goupil – crédits Assia Hamdi

Si vous avez déjà assisté à un match d’un joueur français à Roland-Garros ou à Bercy, vous l’avez sûrement croisé. Cet homme, c’est Vincent Goupil, 56 ans, un dingue de tennis qui assiste aux rencontres des Français à Bercy ou à Roland-Garros, mais pas seulement. Ce matin-là, on n’entendait que Vincent pendant le match entre Edouard Roger-Vasselin et Ivo Karlovic. « Edouard…RO-GER-VASSE-LIN ! Tous avec Edouard…RO-GER-VASSE-LIN ! » Ca nous a donné envie d’aller lui poser quelques questions.

Bonjour Vincent, vous venez souvent au tournoi de Bercy ?

Autant que possible car je suis un fidèle de Roland-Garros et de Bercy. J’en suis à mon dixième Bercy et à mon 33e Roland-Garros, non stop. Je viens tous les ans. Je supporte surtout les Français et les Françaises.

Ca fait beaucoup de matches, est-ce qu’il y en a un qui vous a davantage marqué ?

J’ai une amie joueuse qui s’appelle Virginie Razzano qui m’avait invité en tribune présidentielle il y a cinq ou six ans et notamment quand elle a gagné Roland-Garros chez les juniors en 2000. Ce match, ce fut le plus beau jour de ma vie.

Alors, qu’est-ce que vous faites dans la vie ?

Dans la vie je rends de multiples services dans les associations de mon village. J’habite une charmante petite ville, elle s’appelle Langogne. Elle est célèbre pour son lac de Naussac.

Et en dehors des évènements, au quotidien, vous jouez au tennis ?

J’ai joué mais j’ai arrêté parce que je ne suis pas timide mais je suis énormément stressé raquette en mains. Je préfère être dans les tribunes. Parce que sur le court je suis tétanisé. Mais une fois en tribunes, je suis différent.

Vous savez…vous êtes une star. Tous les supporters vous connaissent ! 

Oui. Je suis aussi passé dans le journal gratuit du métro, le 20 minutes, et dans Tennis Magazine. D’ailleurs, si vous avez le Tennis Magazine de juillet 2010, vous verrez : j’ai un article qui m’est consacré. Et je suis même passé dans le New York Times ! C’était il y a deux ans. C’est parce que j’avais encouragé une Italienne qui jouait contre une Américaine. L’article n’était pas élogieux mais c’est un bon souvenir pour moi.

Vous avez déjà eu des problèmes pendant les rencontres ?

Si un joueur me fait savoir que je gêne, j’arrête tout de suite ! Ca m’est déjà arrivé d’avoir des problèmes, mais si on me demande d’arrêter, j’arrête. Et je n’encourage qu’aux changements de côté, bien sûr !

Mais assister à tous les matches…ça doit vous coûter cher, non ?

Ce sont mes vacances. Je suis hyper passionné !

A la fin de l’interview, nous proposons à Vincent de lui envoyer l’article. « Mais je n’ai pas Internet », nous a t-il répondu. On va lui imprimer cette interview et lui faire parvenir ça par courrier. Alors, si vous avez des messages sympas à son attention, écrivez-les en commentaire, nous les lui transmettrons.

2 commentaires
  • Da Vid

    Il m’avait marqué pendant le match Michal Przysiezny vs Sergiy Stakhovsky il y a 3 ans où il encourageait Miro !! Ça fait du bien d’avoir de l’énergie dans les tribunes, les supporters de tennis sont un peu triste. Le tennis mérite une ambiance à la hauteur de ce jeu tellement dure et merveilleux !!!

  • Pingback: A Bercy, comment la patinoire devient le court numéro 1()