728 x 90

Le combat de Joël Carton : faire exister le blind tennis, pour les aveugles

En France, le blind tennis est en voie de développement. Lors du BNP Paribas Masters, nous avons rencontré Joël Carton, qui se bat pour la création d’une fédération de tennis pour les aveugles et mal-voyants en France.

Tennis pour aveugles - Crédits : Joël Carton

Développer le tennis pour aveugles, l’objectif de Joël Carton, à droite sur la photo (Crédits : Joël Carton)

Oui, les mal-voyants et aveugles peuvent jouer au tennis. Une discipline existe d’ailleurs, le blind tennis, mais en France, la discipline est encore en attente de reconnaissance. Le combat de Joël Carton, c’est de la développer sur notre territoire. Cette semaine, ce fan de tennis de 51 ans est présent au BNP Paribas Masters : il souhaite donner une impulsion à la pratique du tennis par les mal-voyants en France, notamment à travers son association, Blind Tennis France. Mais Joël Carton voit plus loin : son objectif est la naissance d’une véritable fédération et que des compétitions aient lieu à l’international.

Comment êtes-vous venu à défendre la reconnaissance du Blind Tennis ?

Je suis commercial de base, éducateur fédéral de tennis depuis plus de 30 ans est professeur de tennis au club de Vauban, à Nice. Un jour, j’ai été contacté pour donner des cours à des personnes mal-voyantes. Dans un premier temps j’ai cru que c’était une blague. Je n’imaginais pas que c’était possible. Avant cela, je ne connaissais pas bien cette activité, je l’avais vu une fois rapidement à la télévision.

Comment vous êtes-vous investi dans cette cause ?

Ce sport a été importé en France par Guillaume Hervier, président de l’association Blind Tennis France, lui-même handicapé aveugle. J’ai rencontré trois personnes de l’association à Nice qui ont commencé à faire du Blind Tennis, et à Angers, où est basé l’association, j’ai rencontré Guillaume Hervier. En commençant à donner des cours, j’ai vu une volonté monstrueuse de la part de ces personnes « handicapées » de s’intégrer dans la vie de tous les jours et de pouvoir casser les a priori.

Comment est perçu le tennis pour aveugles en France ?

Il y a une fédération internationale mais absolument rien en France pour ces gens-là. Un jour, je voulais taper la balle dans un club de Nice avec mon équipe de mal-voyants et on m’a tout simplement refusé l’accès car ils étaient handicapés. Ils sont mal voyants handicapés donc on en veut pas. Moi je voudrais casser cette image. Guillaume et moi avons été contactés par l’Union des aveugles et des déficients visuels et nous avons voulu essayer d’instaurer cela au niveau national. On leur a appris à jouer avec de vrais gestes de tennis.

Joel Carton au BNP Paribas Masters 2016 (Crédits : Nassima Ouaïl)

Joel Carton au BNP Paribas Masters 2016 (Crédits : Nassima Ouaïl)

Pourquoi êtes-vous venu au BNP Paribas Masters ?

Je suis venu à Bercy car j’ai l’occasion de parler aux médias, de rencontrer les présidents de ligue pour les sensibiliser au Blind Tennis. Je souhaite leur glisser un mot pour qu’ils puissent permettre à des personnes mal-voyantes de jouer sur des cours classiques. La France est en retard sur le tennis pour les mal-voyants. La discipline est méconnue en France mais pourtant pratiquée dans des pays voisins comme l’Allemagne ou l’Espagne. Nous n’avons pas de fédération et il nous reste six mois pour tout mettre en place, trouver des sponsors, des fournisseurs de balles… Je suis obligé d’importer ces balles spécifiques du Japon. J’ai pourtant appelé des fournisseurs français, ils nous ont pris à la rigolade.

Quel est la prochaine échéance prévue ?

Le 26, 27 et 28 avril 2017, il y a un championnat du monde à Londres. Nous voudrions représenter la France du mieux possible et donc préparer convenablement nos joueurs. 17 Nations seront représentées comme par exemple l’Allemagne, l’Angleterre, l’Espagne, le Brésil ou encore l’Argentine qui a le champion du monde.

Avez-vous été en relation avec la Fédération française de tennis ?

Je suis en contact avec une responsable de la FFT qui s’occupe des personnes handicapées et j’espère obtenir un rendez-vous.Sans la Fédération Française de Tennis (FFT), je ne pourrai rien faire à mon modeste niveau. Je vais également rencontrer prochainement la secrétaire du Secrétaire d’État aux Sports, Thierry Braillard. J’aimerais qu’ils prennent en compte que les handicapés avec une déficience visuelle puissent aussi jouer sur un terrain classique. Par exemple, il suffit au professeur d’avoir un panier de balles classique et un autre avec des balles en mousse avec un petit son à l’intérieur. Puis on peut aussi bien jouer à l’intérieur qu’à l’extérieur. Enfin, les valides peuvent venir jouer. On peut leur mettre un bandeau et là parfois ils sont perdus.

Tennis pour aveugles - Crédits : Joël Carton

Gilles Simon, parrain de l’association Blind Tennis France – Crédits : Joël Carton

Vous avez un premier parrain de prestige…

Oui, j’avais envie d’associer le nom d’un joueur ou d’une joueuse Français(e) à notre équipe. Lors du tournoi de Nice, j’ai contacté Gilles Simon que j’avais auparavant rencontré à Monaco. Il m’a dit : « c’est une super cause ! Cela me ferait plaisir d’être le parrain de l’équipe de Nice et du Blind Tennis France ». Il connaît le problème car il a un membre de sa famille concerné par des soucis de cécité. On a eu un rendez-vous avec lui. Il était abasourdi par ces gens ultra motivés voulant être reconnus en tant que personnes normales. Gilles est très impliqué, je n’ai pas de soucis pour utiliser son nom et son image.

D’autres joueurs vous prêtent-ils main forte ?

L’idéal serait d’avoir un parrain par ligue. J’ai également discuté avec Henri Leconte, très intéressé. Je lui ai demandé des conseils pour organiser une fédération. Olivier Delaitre, ancien joueur de tennis, s’occupe, lui, de mener le projet avec nous de A à Z. Sinon je passe souvent sur RMC pour donner mes avis, je suis sur les forums, j’arrive à suivre un peu les joueurs. D’ailleurs, j’espère rencontré d’autres tennisman durant le BNP Paribas Masters pour leur parler de mon action. Pour moi, le tennis est une vraie passion.

Quel est votre but à terme ?

Pour l’instant, nous ne sommes qu’une association : Blind Tennis France. Mon but serait de la passer en fédération de Blind Tennis pour pouvoir toucher toute la France. Nous voulons que l’ensemble des mal-voyants qui désirent pratiquer le tennis aussi bien en loisirs qu’en compétition, puissent bénéficier d’une structure et que l’on puisse avancer. À terme nous aimerions faire un pôle de compétition. Pour le moment, nous avons une vingtaine de mal-voyants car c’est encore inconnu.

1 commentaire
  • guillaume H

    Le truc, c’est que tous les joueurs de blind tennis en France attende que le carton aille au minimum en prison, voir se prenne une batte de base ball dans la gueule, pour pouvoir jouer.

    Ce mec n’est là que pour le pogne, il créé un préjudice à 35 joueurs, et personne ne dit rien..

    Haro sur le carton, contacter donc le club de tennis de vauban, à nice pour plus d’info, vous serez édifié !!

    Honte à lui…