728 x 90

Les instances veulent accélérer le tennis pour le rendre télégénique

D’après le Guardian, la fédération américaine aimerait que le jeu soit accéléré. Par exemple, on envisage de faire respecter le temps « légal » entre les deux services.

Novak Djokovic au Masters en 2012 (Crédits Flickr - Marianne Bevis)

Novak Djokovic au Masters en 2012 (Crédits Flickr – Marianne Bevis)

On le sait bien : au tennis, il est tentant de prendre son temps entre deux services lorsqu’on sort d’un point usant sur le plan physique. Faute d’avoir respecté les 20 secondes réglementaires entre le point précédent et le point suivant, Stanislas Wawrinka et Kei Nishikori ont par exemple été avertis pendant l’US Open qui vient de s’achever. Et en cas d’un second « time violation », les deux joueurs auraient été sanctionnés d’un point perdu…

D’après le Guardian, pour éviter de pareils abus, la fédération américaine de tennis -qui organise l’US Open- pense sérieusement à chronométrer le temps entre les services pendant les futurs tournois. Cette nouveauté a d’ailleurs été testée cette année avec succès pendant le tournoi junior.

L’article évoque également d’autres mesures visant à améliorer la télégénie du tennis, comme la fin du service let, une supervision accrue des interventions médicales, des pauses pipi ainsi qu’une limitation -voire une suppression- de l’échauffement. Si l’USTA affirme vouloir associer les joueurs à ses réflexions, on peut penser que certaines mesures seront perçues comme assez radicales…

Toutefois, sur le circuit, les arbitres font souvent preuve de mansuétude. Ainsi, il est assez rare sur le circuit que les arbitres prennent leurs responsabilités, a fortiori quand les joueurs concernés « pèsent » sur la planète tennis, comme Rafael Nadal, Novak Djokovic ou Andy Murray… Quand bien même ces joueurs prennent parfois jusqu’à plus de quarante secondes entre les échanges, comme on peut le voir ci-dessous.